J'ai perdu une amie

Mais elle, elle ne m'a pas perdue.

Elle aimait l'apéro sur le rocher plat en bas de la grève, ce sera facile de la retrouver là.

Au crématorium j'ai failli faire rire Chantal, avec mes chaussures qui grinçaient.

Pas trop envie de dire autre chose.

à demain, toi, je suis au courant qu'il y a plus grave sur la planète aujourd'hui.

Bzzz
P.jpg

54

Lassay-Les -Châteaux, petite cité de caractère

Il y a de belles vieilles pierres, des bâtiments romans impressionnants, des jardins tout mignons avec des poules bien proprement gardées.
Il y a de la vie et de l'art dans les rues toute l'année, et de vraies gens qui ont de la conversation. Je ne donne pas de noms pour ne pas faire de jaloux, et parce que je ne les connais pas tous.
Il y a un bel orgue dans l'église, et quelqu'un qui en joue bien.
Il y a une petite fille qui vient d'avoir quatre ans.
Merci les Dames de la mairie pour le plan de la cour. Outre ces qualités, Lassay accueille le troc aux "Entrelacés" un festival dans la deuxième semaine de juillet. Loués en soient-ils.
J'essaie de mettre "entrelacés" en lien actif, pas gagné.
J'ai préparé un balayage minutieux du rez-de chaussée, j'attends les grandes marées pour laver le sol.
Boulot cet après-midi, enfin, jeu avec les enfants, et conversation en allemand avec Paul. Il y a des boulots plus pénibles...

Pas de photo pour l'instanf


BzzzY

50

C'est mardi gras, deuxième péripétie et suite de la soupe

si tu es fan de la chronologie il faut lire le suivant d'abord. Bon, je me précipite pour être pile poil à mon rendez-vous, et je cogite en même temps la recette de ma soupe.
Ça donne ça:

Réalisez que vous avez vingt bonnes minutes d'avance parce que votre ibouc aime les farces.
Au carrefour, tournez à droite, après chez Albert encore à droite, bref, retournez chez vous.
Attrapez au vol un paquet de linge à laver chez votre mère, hésitez à la réveiller et filez à votre rendez-vous.
vous devez faire visiter la maison de vos cousins du sud pour location.
Prenez votre foutoir de bord, vous avez le temps de faire un dessin.
Notez:
"My daily performance"
By Marie-Maud DuTroc

De fil en aiguille, les clients n'arrivant pas, lancez-vous dans une prudente exploration des fin-fonds de votre fourgon, pour finalement tout ranger dedans, vider les poubelles, et une heure est passée et les clients ne sont toujours pas là.
Ça vous fait quand même un peu quelque chose, vu que c'est la troisième fois avec trois personnes différentes.
Bon, retour à la maison, dépiautage de poisson, grattage de culs de marmites, coup de balai, rappelez-vous que vous devez faire des courses avec votre mère, et lui poser une vitre sur la porte de son buffet, et après ça affalez vous hébétée devant un thé.
votre amiecouturière doit passer vous rapporter Ananta, vous ne savez pas à quelle heure mais vous voulez être là..
ouf.
pouf

gnouff
Restent les courses à ranger, la soupe à finir, et je me demande bien pourquoi j'ai mal au dos.
Si tu veux tu peux déguiser ça à ta manière:
os_a_trucs.jpg
j'en ai fait quelques uns, je trouve ça marrant.
Bon, ben peut-être à tout à l'heure. Ce soir y aura du boudin aux pommes. BzzzY

54

C'est Mardi gras

J'ai mis un turban rigolo
Mais t'auras pas la photo
Vu que tu m'as piqué mon chargeur de batterie, mon zinzin est au chômage.

Ah bon, c'est pas toi?

Mais c'est qui, alors? Je lance une enquête.

J'ai Marco www.peintre-graveur.fr/ et trois de ses toiles à la maison. Il se prend une petite semaine de plein d'iode.
Je ne peux pas rester trop, là, je fais une soupe de poissons avec des herbes du jardin pour mes potes du troc, et comme je veux les régaler je fais un peu attention.

Tu veux la recette?
Bon: voilà où j'en suis:
J'ai demandé à Marie-Claude ma poissonnière de me garder des têtes (il y a une julienne, deux tacauds, trois maquereaux, un lieu) et j'ai en plus acheté une poignée de moules et deux tacauds entiers. Il reste un maquereau à la moutarde d'hier, avec plein de jus plein d'oignons, j'ai dépiauté le maquereau et mis le jus comme base. j'y ai rajouté un bol d'eau et trempé mes têtes, avec un brin de fenouil du jardin, deux feuilles de laurier, une giclette du Tariquet qu'on n'a pas fini hier, les moules.
Pendant que ça bouillait je suis allée chasser des crabes verts en bas de la grève, je n'en ai pas trouvé un seul. Trop profond dans les fentes des rochers, ou c'est pas la saison, peut-être bien.Évidemment, j'ai cargué mes baskets.
Bon, j'ai fait une ou deux presque bulles, et j'ai cueilli une poignée d'épinards et un petit plant de bourrache, un brin de chryste marine, qui se gèrent tout seuls dans le lopin, je les ai blanchis à part.
Je me prépare à présent à cuire les tacauds et les "légumes", dépiauter les bestiasses, malaxer pour faire le pâté
J'ai aussi à couper le vieux pain en tronçons, pour le "Serviettenknödel" que je mettrai dans le dernier bouillon.
(Ce n'est pas du breton, c'est une spécialité autrichienne que j'ai ramenée de Braunau) Ah, oui, faudra passer la soupe au chinois, enfin bon, on va pas s'ennuyer, mais suis-je bête! J'ai rendez-vous, atchao, chuis à la b

52

mon vélo est tout rouillé

Patrick a mis du dégrippant partout, mais il a pris un chton, tout l'hiver dehors, aussi, faut dire. (le vélo, pas Patrick) Je m'en mords la coulpe. Eheu! Eheu!
Sinon, deux photos de Patrick (avec son téléphone)

Photo-0069__2_.jpg

Photo-0068.jpg

Cet après-midi, couture avec Anne, demain soupe de poisson, et mercredi je m'envole pour la Mayenne en résidence avec le TroC.
À peut-être avant.
BzzzY

93

CHRYSOGONE DIAN GO UAYA

Hier j'ai rencontré Chrysogone Diango uaya à la Maison pour tous. Une belle personne.
Il nous a raconté des histoires de chez lui, dûment apprêté pour la danse. Une vraie bouffée d'une autre vie. Il est souple, brillant, il a le rythme et un vrai talent de comédien pour camper de la voix, de l'attitude des personnages hilarants, humains et animaux (Ah, la danse de l'oiseau!)



Cest Talou qui m'a appelée, on était en pleine partie de scrabble avec Mammig et Patrick. Il me dit viens, ya un conteur congolais et pas grand-monde et c'est tout de suite.

Patrick m'a conduite, et je n'ai pas regretté. La parole est simple et largement improvisée, on peut pinailler sur les relances au public un peu trop fréquentes, mais Chrysogone (un nom grec qui signifie "Né de la pluie d'or") sait tirer parti même de ses bafouillages.
On aimerait l'entendre raconter dans sa langue. On n'a pas pensé à le lui demander.

Et puis ce corps parle si bien, ce djembe est si convaincant dans l'orage, c'est si inhabituel, un conteur qui vient te taper dans la main quand il est content de toi...

Cet homme est un grand artiste, c'est criant, et il n'est pas avare de son énergie.
Il a annulé un déplacement à Hawaï pour venir à Penmarc'h.
Il veut monter le lac des cygnes version afro-quelque chose que je n'ose pas mettre parce que je n'en suis pas sûre. S'il passe près de chez toi, va le voir.
En plus, il est gentil.

53

Rituels du dimanche

Bonjour, toi, et Marie-Jo quatre bises
On va dans l'ordre? On essaie.

J'aime bien aller à la bibliothèque le dimanche matin. C'est mon ancienne classe de CM2, la moitié du cubage est prise par les livres. Monique, sa maman, la bichonne et c'est rien de le dire.

La méditation:
La solitude est-elle un péché?
Sauf que c'est un état, pas un trait de personnalité.

Reformulation:

Question:Le péché conduit-il à la solitude?
Réponse: Quel péché?
-Bonne question.

Rereformulation: Le péché est-il?

Moi, par exemple:

Je me trouve bien incomplète, trop pour pouvoir passer en un clic du projet à l'action jusqu'à la chose faite. Je me dis que j'ai merdé quelque part. Puis je pense à autre chose.

La plus grande punition est l'isolement prolongé qui te laisse con face à toi-même, que tu subis sans comprendre pourquoi.
Voyons où tout ça nous mène.

une_page_de_foutoir.jpg

Eh ben ça nous mène à crapahuter sur les rochers de Konk avec Patrick dans la bonne vieille configuration du couple heureux, elle bricolant des totems, lui prenant des photos dans une tendre lumière presque méditerranéenne.
Pis après j'ai dormi comme un veau toute l'après-midi sur ma belle méridienne.
Demain je me lève tôt.
Cyberbises et bzoummmmm Y

68

Deux billets le même jour, faudra pas que tu t'y habitues.

Enfin je dis ça, tu es peut-être comme ça aussi, sans limites certains jours. Surtout que je n'ai pas lourd à dire, que du léger, du bourgeonnant, du frétillant c'est le printemps. Je sais, ce n'est que dans un mois, officiellement, mais il y a à se tromper, vraiment.

En revenant de Kervelen, dans la voiture, je médiatais (Tiens, un lapsus rigolo, je le laisse) sur un truc. Il faut que je rembobine pour retrouver quoi. ..Bon, on a bu le thé dehors avec Anne et Chantal, j'ai fait un petit fagot de figuier, laissé Ananta dans la salle de couture....Ça ne revient pas...
c'est plein de points en suspension dans ma mémoire en surtension, ça reviendra si ça le doit, et tralala.

Pris_le_jour_des_meduses.jpg
Planté une graine d'ipomée, un petit plant de myosotis, et ce soir je vais manger de la soupe chez Mammig alors t'as qu'à voir... Bon, j'ai des mails à lire, je crois. Bises à l'ouest Y.

Brume de beau temps sur les rochers

Et l'horizon hésite entre ciel et mer. Ce pourrait être la photo que je t'envoie, mais non. Celle-là date de l'été dernier. Je me suis sagement assise face à toi, ne sachant pas encore trop ce que je vais te dire, je me chauffe les doigts, je me bousille la voix sur une clope, et toi je t'imagine arrivant souriante ou souriant pour prendre une bouffée d'un autre espace. Bonjour, au fait.

Chuis allée au secours pop ce matin, j'ai trouvé de nouvelles peluches et un beau vieux tissu pour le sac d'Ananta, des foulard pour mettre dans mes cheveux en attendant qu'ils repoussent, ou que je les coupe.

Passionnant, hein?

Après j'ai bu un café avec Marie, je suis allée apporter de vieux habits neufs à Mammig, passée par la boulangerie en revenant, la dame m'a dit "Rebonjour" . Saint_Pierre_et_le_dragon.jpg
J'aurais dû centrer l'image pour la cohérence éditoriale.
Bon, une pensée à grignoter?

Je lis "Frère François" de Julien Greene. C'est agréablement répétitif, pour les ramollos du cerveau dans mon genre ça a quelque chose d une transe où l'on s'ennuie un peu, mais ça parle d'amour, alors on reste.

J'aurais un peu rêvé à une époque de ma vie, de prendre du pouvoir mystique pour fonder une communauté. Ce n'est pas un fantasme si rare, si?

Depuis je me mets là où j'estime être utile, et ça marche.

Le pouvoir c'est fatigant, même reine des feignasses c'est trop de boulot

Au temps pour la mégalo, ce qui n'exclut pas de soudaines résurgences, parfaitement contrôlables par ailleurs et par bonheur.

A propos de bonheur, celui de chevaucher ensemble la même utopie en est un grand.[

Va voir là, j'y suis
|www.collectifdutroc.org/]

Ordonques si tu as lu jusque là c'est que quelque chose t'intéresse dans ce vidages de boyaux de la tête, cette vidange.

N'hésite pas à me laisser un commentaire, c'est pas du racolage, non plus, mais c'est un peu mon carburant pour continuer à écrire, tu vois? Botte-moi le cul, autrement dit, de manière parfaitement virtuelle et dénuée de toute connotation érotique.

J'ai plus trop grand chose à dire,
C'est samedi, ce soir les gras commencent à Douarnenez, les Forces de l'Ordre se déploient contre les Forces du Désordre, chacune dans son déguisement, Rester dormir sur place est une bonne idée.

V'là que je radote des conseils de Mémé, tu fais ce que tu veux avec ton petit corps, après tout, c'est pas mes oignons.

Bises, alors.

Fin de transmission

4

Nouvelle saison?

Vieux habits neufs.

J'ai le plaisir de t'annoncer que ma maison commence à ressembler à quelque chose de confortable, et même en assez bon ordre. J'y passe du temps, quoi.

Sans doute t'es-tu lassé de ne rien trouver de nouveau depuis le dernier mot, tu as raison, faut pas exagérer, quand même, enfin bon, je demande pardon, et je continue.

Je travaille beaucoup à apprendre à faire des bulles géantes, ce n'est pas si facile que ça en a l'air, mais c'est beau quand ça se déplace, on dirait du feu liquide mollasson.

Sinon, ça va.

As-tu remarqué que "en vie" va aussi bien avec "ëtre" et "avoir" que "faire"?

je_fais_des_bulles.jpg
Bises et bises et tchakapoum Y

3

je plafonne à 38 commentaires

dont quelques uns de moi, mais c'est pas grave, chuis pas beaucoup là.
Où suis-je?
Eh ben, ici, quelle question. Mes tournesols sont bien sortis, ainsi que des graines de potiron jetées là à l'automne. Les moustiques sont de retour et l'été arrive, je repasse mes coiffes, rapetasse mon folklore, je révise mes balades, et je range l'atelier pour y recevoir du monde. Ça te dit? Bises Y.

58

ici et ailleurs

J'y étais, le week-end dernier, j'ai eu du goût, vat! C'est bien d'être ici et ailleurs à la fois, quoi qu'à la réflexion ça arrive tout le temps, mais là c'était à Brest, un salon selon mon coeur: j'étais placée au centre, avec mon parasol planté dans un gros touret de la coopé du guilvinec, mes petits foutoirs suspendus tout autour, et . Des carnets en veux-tu en voilà, de tous les styles, les formats, une ambiance décontractée, du beau temps, de bons retours ici et ailleurs De dos c'est Agnès, un des piliers du salon. devant c'est mon cher passé qui se regarde dans un miroir où il y a écrit; "Ce n'est pas parce qu'on réfléchit qu'on a raison". Et tout autour de belles gens sympathiques et pleins de talents dans de jolies alvéoles placées tout exprès pour qu'on s'y perde.
Je n'ai pas pu y rester le dimanche, j'avais une balade autour des dunes. Le soleil était là, la mer était turquoise, et les oreilles bienveillantes. Que du bonheur!

Et toi?



Aujourd'hui il fait gris-noir, c'est la fête aux escargots. J'ai semé des tournesols le long de l'atelier, savoir s'ils vont prendre?

J'ai une douzaine de "bonnes pioches" arrangées pour mon expo de l'été, ça va être chouette!

bises, j'ai des papiers à faire Y.

62

Encore du ménage

Ma vie tourne autour de ça, on dirait. Ma vie rêvée, parfaite, est une maison sans poussière, pas pour moi, je m'en fous, mais pour rendre jalouses les copines: "mais comment fait-elle pour avoir une si jolie maison, un si joli jardin, une si jolie vie, etc... Eh ben c'est raté pour épater la galerie aujourd'hui, j'ai la hanche qui se démanche et je traîne la patte en gémissant, heureusement que je peux en rire avec les copines, et que Patrick est là. Deux visiteurs arrivent ce soir, il faut quand même que ce soit un minimum accueillant. j'aime bien que ma maison serve à d'autres qu'à moi, mais vu tout ce que je ramasse et ne jette pas, c'est dur de faire de la place. C'est ma croix, elle n'est pas si lourde, sachant que la vue et l'emplacement rattrapent beaucoup de choses... Des pas se rapprochent, voilà Patrick je m'en vas BzzzY

67

Grand ménage

Du balai, les regrets, Dehors, les remords, du vent, les tourments stériles, au diable, les jérémiades.

Une grosse méduse malveillante s'était posée sur mes synapses. Avait pris le pouvoir, le vouloir, encombrait les couloirs, et séquestrait le rire, le désir, la lumière.



Je l'ai boutée hors de mon corps. C'était tout simple, en fait : J'ai cessé de la nourrir.
Je me suis fait une autothérapie écrite en rouge, non, ce n'est pas la première, et sans doute pas la dernière, mais cette fois je compte sur moi pour éviter de replonger dans ce putain de pot-au-noir. Expulsées, les mauvaises humeurs, assumées, les erreurs, cautérisées, les angoisses.
Je refume, mais je vais mieux. Personne n'est parfait, si?
En plus, il fait beau.
Merci Joëlle. merci Marco. T'as vu l'heure qu'il est? Quelle joie quand le temps passe à mon insu! Quand les tâches s'alignent par ordre d'importance, au lieu de s'entasser devant tes pas comme une semaine de grève des poubelles. J'ai plein de trucs en retard, forcément, après ces jours au trou, ça ne va pas être que de la joie...
Ah, la saine fatigue du travail. Objectif: être à jour, un plaisir fort. Bises bises bises Y. Y.

55

Impudeur récompensée

Bonjour, toi. J'ai des merci à dire, plein. merci Pierre, Monique, Thérèse, Aline, Valérie, Guillaume, Roger, Yvon, Gérard, tout le goéland masqué, les enfants, c'est fini, les écrits noirs. Je veux dire, c'est finalisé.
On a montré le travail, aux parents, j'ai fait une intervention très remarquable devant les dix otages que j'avais enfermés dans ma salle d'expo, j'ai eu des compliments, ça exhausse, comme disait Jean-Bernard Pouy dans sa dictée, hier.
Bref, je vais mieux. Merci Marijo de te sentir rassurée par mes coups de blues, je n'hésiterai plus à t'en faire part, à présent. Sauf si j'inonde trop mon clavier.
Les premiers coquelicots, pour toi:coquelicots_2010.jpg

65

Je suis terne à la cave. Ne lis pas ça.

Un jour, j'ai pris le parti de n'écrire que de la joie. Du coup je ne t'écris pas quand ça ne va pas.
Cherchez l'erreur.
Après tout chuis sur mon blog, non?
Peut-être que ça t'intéresse quand même, les ratiocinations cent fois ressassées d'une cyclothymique invétérée, qui a le choix entre mille choses intéressantes, voire importantes, et qui préfère pleurer en secouant ses tristes tripes. Qu'a aucune suite dans les idées, qui s'encensait hier encore, et se flagelle aujourd'hui. Qui ne cherche qu'à jubiler, vite, encore, et surtout sans effort, .
Cherchez l'erreur.
Mon sac de bénédictions est vide. Elle était peut-être sans fond, l'anglaise, de l'autre jour. Faut pas vouloir me consoler, j'ai pas envie. Ça passera, bien sûr, ça passe toujours. C'est déjà un peu passé, rien que de te l'écrire.
À toi le bourdon, maintenant. je t'avais prévenu, fallait pas lire. Tâche de le refiler à quelqu'un qui en a besoin, ou fais des cornes avec tes doigts, ou dis "vade retro, sale connasse". Ça passera. Ai-je vraiment besoin de me sentir spéciale à ce point?
Le sentiment de nullité, c'est juste le pendant d'un perfectionnisme à la con, voire d'une volonté de toute-puissance qui s'accommode mal d'une réalité rétive.
Le chien a été ramassé, il est à Quimper, en attente d'une puce (très chère) qui m'identifiera comme sa propriétaire, si je veux. Je ne sais pas quoi faire. Dans 10 jours s'il n'est pas réclamé, il ira à la SPA. Peut-être est-ce mieux pour lui de se faire adopter par quelqu'un qui n'habite pas au ras d'une route très fréquentée l'été? Quelqu'un qui habite une campagne où il pourra continuer à vagabonder, comme il en a pris l'habitude. Ou quelqu'un qui a un terrain clos. Ou quelqu'un de responsable. Quelqu'un de mieux que moi
Il s'est fait renverser par une voiture. Il n'est pas blessé, cette fois, mais la prochaine? Je me sens dégueulasse de ne pas aller le chercher tout de suite. Tergiverser, c'est comme l'abandonner, ne pas l'aimer assez.
Je savais bien au fond que ça n'allait pas durer, ce fantasme de liberté pour lui. C'était trop beau. Au-dessus de mes moyens. Je lui ai laissé croire à des bobards. Avoir un chien c'est l'enfermer. Clôturer. L'avoir toujours à l'oeil. L'attacher. Être prête à dépenser plein de sous pour lui. Fait chier. Bon, je continue à cogiter. C'est vivre aussi. Bises indignes Y.

63

Une jolie photo pour toi

P1000100.jpg

Demain c'est la présentation des écrits noirs pour les parents. Je ne pense qu'à ça.

Avec des bises, des risettes, des pensées pieuses et rigolottes
Y.

52

Toujours pas d'image, mais plein d'amour

Pour réchauffer le ciel qui fait la tronche, la mer qui n'en peut plus, là-bas, de l'autre côté, pour regonfler les cœurs qui défaillent, pour consoler les voix qui s'éraillent, les pensées qui déraillent et les marmots qui braillent. On est vivants!

Dimanche dernier à "quai des écrits" une anglaise inquiétante m'a demandé de la bénir, ce que j'ai fait la larme à l'œil (pauvre Mémé)

Merci mon chien aussi. Pour m'attendre sans que j'aie eu besoin de le lui enseigner, pour m'apprendre la simplicité, pour me faire rigoler.

à plus tard, je plonge dans les écrits noirs.
Bzzzz

66

Bienvenue dans le nouveau blog

Merlin a tout rénové, du coup mémé doit se faire à de nouvelles procédures. Est-elle encore assez élastique?

Il paraît que les photos de l'ancien blog ont disparu, toi qui les a connues, souviens-toi, il n'y a plus que dans ta mémoire ou dans ma poubelle que l'on peut les trouver. Et ce n'est pas ahiii qui va faire ça pour moi. En revanche, ma vie sociale s'améliore dans le pays. Il y est pour beaucoup. Nos animaux en tant que reflet de nous, ou ombre, ou appendice, attends, là, il manque un verbe... Le téléphone a sonné, et finalement je ne vais pas me lancer dans une longue explication, parce que les écrits noirs me fant une très longue gueule abandonique, je sais j'aurais dû m'y mettre aux aurores, mais j'ai voulu finir le Kate Atkinson (les choses s'arrangent mais ça ne va pas mieux). Tu sais quoi? j'ai envie de ranger mes stylos et mes prétentions d'auteur bien profond dans un sac jaune, et de les donner à recycler à qui ça dit. Elle a tout, cette femme: Les idées, le style, le discours, le rythme, l'audace et c'est une grosse bosseuse, en plus. Ses romans sont tous béton, ses personnages profonds, ses intrigues imprévisibles, elle cogite du feu de dieu sur tout et rien, un régal. Bon, j'ai commencé la journée par le meilleur, et maintenant il faut en plus que je passe prendre un filet de tacaud à la poissonnerie, alors t'as qu'à voir... Bises et rebises, je pense à vous, tu sais? Y.

52

Bonjour, toile

Mahaut Tseu tseu a pondu un nouveau précepte dont elle n'est pas peu fière:

"Ne remets pas à demain ce que tu as déjà remis à aujourd'hui".

Ça a l'air de fonctionner

. J'avais remis à aujourd'hui le filage entier d' "Ananta part en voyage", que je donne demain à Plonévez-Porzay. C'est presque bon. Ya plus qu'à minuter, je crois que j'ai encore mis trop de choses. Ai-je vraiment besoin d'une bande-son? Si c'est juste pour faire plus pro, je reste une bricoleuse. Et même pas honte.

J'ai l'œil de Sik à recoudre.

J'ai envoyé le chien chez le véto. Il n'est pas immatriculé. c'est un jeune fauve de Bretagne (deux ans, d'après ses dents) qui restera bancal toute sa vie. Il est déjà un peu tordu mais il galope vite après le fourgon. Quand je veux qu'il entre dedans il s'affale comme un sac, je dois le porter, il vient se coucher sous les pédales, il s'étrangle à vouloir sortir avant moi.
Il me fait du bien, ce chien. Je l'appelle AHiiii en jodel, et il répondra peut-être un jour. J'apprends le son de sa voix.
Les hérons ont changé de cri, ils ne glougloutent plus des pets mouillés, ils claquettent. Peut-être les petits sont nés.
Voilà pour les nouvelles, Mammig commence une nouvelle vie, c'est une battante, ma mère. Bisous chez vous, dans vous, autour de vous, partout. Mémé

56

page 2 de 6