Moi je nous ai gagné des sous en chantant et en riant ce matin, avec des bébés extra et des assmates déchaînées (assistantes maternelles pour ceux qui savent pas.) Après, courses, cantine à Kervelen, essorage de muscles avec Bertrand, on se sent tout jeune en sortant. Mais il faut pas venir: il n'y a plus de place pour mettre un tapis de plus. Plus de cinquante, on était.

Bon, je passe sur des trucs, thé chez Mammig, et j'en arrive à maintenant.

Je commence à m'intéresser à nouveau à notre bibliothèque. Tu sais comment c'est, on commence dans un coin et nous voilà dans un autre. Je vais peut-être me débarrasser de certains livres, oui, tu as bien lu, moi qui garde même les trucs photocopiés pliés à la va-vite, ou pire, je dépoussière.
Ben yen a du taf, physique et émotionnel.
eh ben je fais ça pour nous.

Celle qui écrit n'est pas la même.
Celle qui portait de lourdes charges sur tous terrains n'en a plus pour longtemps à vivre. elle s'épuise au bout d'un carton.

Celle qui vainquait seule les montagnes n'est plus.

Elle a bien fait son temps.

Elle s'est fatiguée, c'est normal.

Bon.

Voici le temps de celle qui sait toujours où sont ses clés, son téléphone.
Celle qui parle grave et chante aigu.

Celle qui range sa bibliothèque a respiré trop d'acariens, déjà.
C'est sûr que si j'avais été Marie-Maud à ce moment-là, j'aurais pleuré. Quele minaudière, celle-là!

Celle qui écrit n'est pas la même
Des bouquins pour le troc, mais bien sûr! Me faudra une remorque, j'en ai bien peur. bon, tu me laisse jamais de commentaires, cette fois ci tu peux me dire par exemple que tu n'y comprends rien, ou chchais pas.
Pas d'image, et je vais jouer au snood au lieu de te raconter mes très intéressantes réflexions sur les vieilles bibliothèques. à plus, j'ai faim. bzzz