Figure-toi qu'aujourd'hui tout colle, tout surprend, le temps suspend son vol et le goéland, nettement blanc et gris sur fond d'azur, le linge heureusement assorti s'ébroue sur le fil au vent aigrelet, tout est douceur et sans dilemme. Sauf qu'à midi j'ai eu un renoncement à l'excellence un peu mélancolique, et après j'ai reçu un chèque inespéré, ramassé plein d'asco, rangé ses paperasses avec ma mère.... Je n'ai plus qu'à en faire autant avec les miens, eh oui, j'ai encore pris le dessert avant l'entrée, je me demande pardon, je me l'accorde.

J'ai lu et relu "huit bouffées de sagesse papaoute " de Karin Huet, qui est une femme hors du commun, une espèce de soleil doux qui ne cache pas ses épines, une sacrée bourlingueuse-butineuse au bord des pôles. Je préconise sa lecture à tout moment, c'est vrai, c'est frais, écrit dans une langue délicieuse, d'une sensualité animale (avec des poils) . Ça réfléchit, ça vous rencogne la fossette en position "i", enfin il faut le lire, il faut l'acheter, et vive la Papaoutie.

J'ai découvert un autre Eluard que celui que j'imaginais, c'est fort.

Bon , ben sinon j'ai soif, envie d'aller un peu dehors, prendre l'été à bras le corps, à pleines vannes, tu verrais les coquelicots!

Bises, peut-être à tout à l'heure

Y